11 / 12 / 2019

je suis passé par

25.JPG

34ème de Road-Trip

9 + 4ème jour en Espagne.

Bonjour Gibraltar,

Encore un beau rayon de soleil vient me réveiller ce matin. Je prends mon temps pour me lever et me préparer. 

 

Après plusieurs heures d'incisions, je décide de m'aventurer dans Gibraltar, le territoire britannique d'outre-mer. La Línea de la Concepción fait office de frontière pour rentrer dans le territoire. Véhiculé ou à pied, une simple carte d'identité permet l'accès. J'embarque avec moi seulement mon appareil, laissant la voiture, Nietzsche et mon téléphone (pour éviter le hors-forfait) à La Línea. 

 

C'est impressionnant de rentrer dans ce territoire car on se retrouve directement face l'immense “Rock of Gibraltar” (Rocher de Gibraltar), qui domine toute la ville. Une excursion en bus est possible pour explorer le rocher au prix d'environ 20 euros. Mais toutefois, si on aime gravir des nombreuses marches dans des rues étroites, avec des bâtiments à l'architecture magnifique, on peut réussir à atteindre un certain niveau du Rocher, pour avoir une vue splendide sur Gilbraltar. J’ai pour ma part opté pour l’option marche et aventure.

 

Avec un peu plus de 3h de marche sous un grand soleil, une ambiance chaleureuse et touristique a défini mon après-midi. 

Étant sur un territoire britannique, la langue principale est bien évidemment l'anglais, mais étant aussi situé à la frontière du sud de l'Espagne, on y entend aussi beaucoup parler l'espagnol. De même que l'architecture est un mixte exotique et britannique. Aussi la monnaie reste différente (livre de Gibraltar, même valeur que le livre sterling). Je n'ai pas voulu m'attarder plus longtemps comme j'avais laissé Nietzsche à la voiture et que j'avais épuisé toute mon énergie à gravir cette montagne. Mais c'était une petite visite qui en valait vraiment le coup d'œil et l’effort. 

 

Je reste à la Línea encore cette nuit car je suis une impasse financière qui m'empêche d'avancer. J'ai commis l'erreur de ne pas m’informer sur mes droits de salaire en quittant le territoire français. En conséquence je me retrouve donc être bloqué de mon argent pour le mois. Et pour gérer toutes paperasses administratives depuis l'étranger, c’est une autre aventure moins plaisante. Heureusement que je peux compter sur l'aide de ma famille et mes amis pour m'aider à continuer l’aventure, mais pour cela il me faut patienter encore un peu avant de repartir. 

 

Ce soir je me couche de bonne heure, car malgré les jours successifs de soleil, les soirées restent fraîches et un coup de froid s'est très vite emparé de moi. Encore une nuit dans ma petite 206.

 

Ce que j'ai vu